guepard-information-protection-cheetah
guepard-information-protection-cheetah
www.guepard.info
www.guepard.info

La recherche au service de la survie de l'espèce

Avancées de la recherche génétique sur le guépard

Surprise avec le succès des géniteurs mâles malgré le déclin de la diversité génétique des guépards.


Laurie MARKER (Fondatrice et Directrice du Cheetah Conservation Fund en Namibie) travaille depuis plus de 30 ans avec le Dr Stephen O'Brien, généticien, et l’équipe du Smithsonian Institute (USA). L’étude publiée récemment (Juillet 2016) dans le Biological Conservation, revue internationale de premier plan en biologie de la conservation,  a révélé quelques nouvelles et intéressantes données sur la génétique des guépards en captivité. Le guépard est unique en ce qu'elle est une espèce ayant été victime d’une diminution subite de sa diversité génétique. (résumé en français)

 

Juillet 2016 - Rapport d'étude sur le lien entre déclin des populations de guépards, diversité génétique et succès dans la reproduction des mâles
Continued decline in genetic diversity a[...]
Document Adobe Acrobat [9.6 MB]

en génétique:

Plusieurs théories expliquent le MANQUE DE DIVERSITE GENETIQUE dont souffre le guépard: Une espèce singulière

 

La chasse faites par les hommes aux guépards est peut-être une des raisons de leur actuelle faible diversité génétique et a une incidence sur le haut degré de semences anormales observées. Les territoires extrêmement fragmentés engendrent une difficulté à rencontrer des individus issus de lignées différentes.

 

Quand les généticiens ont étudié le degré de variation des gênes du guépard, ils ont découvert que les guépards affichaient un niveau beaucoup plus bas de variation que tous les autres mammifères. Dans la plupart des espèces, environ 80% des gênes sont identiques. Chez le guépard, la proportion atteint 99%.



guepard-information-protection-cheetah diapo CCF - l'étranglement génétique

 

 

Selon certains chercheurs, ils auraient été victimes de la dernière ère glaciaire. La majorité des guépards ayant disparu il y a 10 000 ans, ils se seraient reproduits au sein des familles entrainant une consanguinité. D’après certains biologistes, les guépards ont même atteint un degré de consanguinité trop élevé pour prospérer.



Pour les tenants de cette théorie, les difficultés de reproduction des guépards en captivité et le taux élevé de mortalité chez les petits provient de cet « étranglement génétique ».

 

Cela signifie que les guépards ont des difficultés pour s’adapter aux changements climatiques soudains de l’environnement, comme les épidémies et possèdent une inhabituelle fragilité à certains virus.

Par exemple, si un virus atteint une population de léopards en bonne santé, tous les animaux ne vont pas mourir ; seuls certains, parce que les léopards sont génétiquement différents. Mais si les animaux sont génétiquement les mêmes, tel le guépard, et que l’un d’eux est affecté, tous peuvent être affectés et mourir. En raison de leur manque de diversité génétique, un virus mortel pourra balayer toute une population de guépards sauvages de la terre au lieu des seuls animaux
sensibles. Cela dépend de la diversité génétique d’une espèce.

Pour accroître la diversité génétique en captivité, les zoos prennent bien soin de ne faire procréer que des animaux sans lien de parenté. Les scientifiques travaillent sur les modalités d’insémination artificielle et de fécondation in vitro. Le sperme anormal est peu mobile, diminuant ses chances de fertiliser l’ovule et de procréer. L’insémination artificielle est une technique de laboratoire au cours de laquelle les scientifiques placent le sperme dans l’appareil reproducteur de la femelle.

guepard-information-protection-cheetah Observation au laboratoire de génétique du CCF

Ainsi, le sperme a moins de distance à parcourir pour atteindre l’ovule. L’accouplement n’est pas nécessaire. L’insémination artificielle a donné des petits guépards aux USA. En utilisant ces techniques, insémination artificielle et fertilisation in vitro, la semence et les ovules peuvent être collectés sur des animaux sauvages pour être utilisés dans des programmes de reproduction sur des animaux captifs. Parce que la Namibie a la plus grande population de guépards, les gênes de cette population sont importants pour la survie des guépards captifs au travers le monde.

 

Le laboratoire de génétique du CCF est leader dans ce domaine et travaille en collaboration avec de nombreuses universités (blog- info) notamment sur l’analyse des excréments des guépards et la comparaison entre guépards selon leur environnement : captif, sauvage, en contact avec les humains ou non…etc.



médicale et écologique: l'analyse des excréments

Des chiens dressés à la détection des excréments de guépard permettent de récolter ceux-ci dans la nature. Ces excréments sont analysés et les chercheurs peuvent compléter leurs hypothèses de travail et mettre en oeuvre des stratégies de conservation et de préservation adaptées.

 

L’étude des déjections permet de répondre à de nombreuses questions sur le plan:

 

-       des proies (que mange-t-il ?) 

 

-        des hormones de reproduction 

 

-         des indicateurs de stress

 

-         de la parasitologie 

 

-         de l'examen génétique.

 

(en savoir plus)

guepard-information-protection-cheetah Au Kenya - ACK -échantillons récoltés
guepard-information-protection-cheetah ACK- Analyse des échantillons

La procréation assistée pour sauver le guépard?

Juin 2015

Le Smithsonian’s National Zoo (Washington DC) travaille sur différents protocoles d'insémination artificielle et de transferts d'embryons suffisamment fiables pour  rétablir des populations génétiquement stables de guépards.

Le guépard a été gravement mis en danger pendant des décennies. Il reste entre 7 000 et 10 000 guépards à l'état sauvage, la plupart en Afrique — Ils étaient 100 000 en 1900 mais la destruction de leur habitat et les conflits avec les humains ont engendré une diminution de leur nombre.

 

Pour de nombreuses raisons, leur reproduction est difficile. Il y a 10 000 ans, la quasi disparition des guépards a engendré la situation actuelle de faible diversité génétique de l’espèce. Tous les guépards vivants sont semblables et ne présentent qu’une diversité génétique de 5 et 10 % ; cette similitude se manifeste par une sensibilité aux maladies, la pauvreté de leur sperme et une mortalité infantile élevée. Pour compliquer les choses, les femelles sont très difficiles dans leur choix de partenaire et ont des cycles de reproduction délicats. Si deux femelles sont placées dans les mêmes quartiers d'habitation, le stress peut réellement empêcher la mise en œuvre du cycle de reproduction de l’une et de l’autre. Même dans des situations non stressantes, les cycles des guépards femelles sont extrêmement imprévisibles.

Adrienne Crosier, biologiste à l'Institut Smithsonian de biologie et de Conservation pour la survie de l'espèce qui dirige le programme, hésite même à parler de cycle, tellement il est difficile à suivre.

La bonne nouvelle est que les scientifiques progressent avec des techniques de reproduction assistée qui pourrait aider à sauver cet animal charismatique. Le 6 avril, par exemple, des scientifiques du  Smithsonian , en Virginie, et A. Crosier, ont tenté d'extraire les ovules d’une femelle plus âgée. L’objectif était de féconder les ovules in vitro et de les congeler pour une utilisation ultérieure ou pour un transfert dans une femelle plus jeune. C'était la deuxième tentative de transfert d'embryon depuis juin 2013. Bien qu'aucun n'ait réussi, c'est toujours une évolution positive, parce que ce qui s'est mal passé peut être corrigé pour les futures tentatives. De nouvelles extractions d'ovules seront effectuées dans les prochains mois.

 

Les biologistes du zoo progressent également au niveau de l'insémination artificielle. Mais la technique produit uniquement des grossesses dans environ 22 pour cent des cas. Crosier pense que l’insémination artificielle sera une option fiable et viable dans une dizaine d'années — une fois que les scientifiques auront appris à utiliser des hormones pour mieux contrôler le cycle oestral. Il existe une banque de sperme de guépard important dans le monde entier. Laurie Marker, fondatrice et directrice générale de la Cheetah Conservation Fund en Namibie, a recueilli et gelé les échantillons de sperme de près de 200 guépards mâles au cours des dernières années. Ils pourraient être utilisés pour féconder les femelles vivant aujourd'hui ou dans le futur. David Wildt, responsable du pôle pour la survie de l'espèce, dit qu’environ 10 à 20 pour cent des petits guépards du zoo National sont et continueront à naître après insémination artificielle.

 

Enfin, il y existe un séquençage du génome, qui pourrait aider les scientifiques à comprendre la nature des gènes responsables des maladies spécifiques ou débilitantes. Stephen O'Brien, expert des guépards et responsable scientifique à Theodosius Dobzhansky Center de Saint Petersburg State University for Genome Bioinformatics, espère que le séquençage du génome permettra aux scientifiques de répondre à plusieurs questions restant sans réponse sur le guépard et aidera à sauver l'espèce.

 

Les experts des guépards  conviennent tous que les techniques de procréation assistée ne sont qu'un pis-aller — O'Brien parle d’une « salle d'urgence de la technologie » — et que des progrès réels pour sauver les guépards sauvages impliquent la restauration de leur habitat et le travail avec les autochtones pour empêcher la chasse ou l’élimination systématique du félin pour protéger les troupeaux.

Crosier croit en une procréation assistée comme une étape de la stratégie plus vaste de repeuplement. « Nous avons été responsable du déclin de nombreuses espèces, et je ne suis personnellement pas prête à m'asseoir et les regarder disparaître si nous avons la possibilité de les sauver. »

http://www.scientificamerican.com/article/can-assisted-reproduction-save-the-cheetah-slide-show/

 

 

www.guepard.info 

site d'information

Mise à jour :

13 Mai 2017

Des chiots pour sauver les guépards

 

13 Avril 2017

Le guépard Royal

 

26 Mars 2017

Début de la tournée de Laurie MARKER pour la sauvegarde des guépards

 

27 Février 2017

Le manteau gris des petits guépards

8 Février 2017

Le Studbook du guépard

Qu'est-ce?

 

21 Janvier 2017

Une déclin continu!

 

4 Janvier 2017

Les scientifiques alertent une nouvelle fois sur le guépard

Site International WildLeaks

WildLeaks - Témoin d'un crime contre la faune ou la flore cliquez ici

Organisations de protection du guépard

SOUTENEZ-LES!

Visitez leurs sites

cheetah-guepard-information-protection www.cheetah.org -fondation en Namibie
cheetah-guepard-information-protection Fondation au Botswana - CCB
cheetah-guepard-information-protection au Kenya - ACK
cheetah-guepard-information-protection Fondation en Afrique du Sud
guepard-cheetah-conservation-protection Le Range Wide Conservation Program for Cheetah and African Wild Dogs
guepard-information-protection-cheetah ONG en IRAN
cheetah-guepard-information-protection en Iran
cheetah-guepard-information-protection Projet Mara Meru au Kenya
cheetah-guepard-information-protection Groupe International du Guépard
cheetah-information-guepard-protection en Algérie
cheetah-guepard-information-protection Iranian Cheetah Project